Eduquer ne veut pas dire protéger, contraindre à l’extrême ou laisser faire les pulsions exercer leur tyrannie. Ainsi les tendances fusionnelles et les attitudes de copinage ne sont pas structurantes pour l’enfant qui doit dès le plus jeune âge comprendre les limites à ne pas transgresser dans l’ordre transgénérationnel et dans sa capacité à gérer une certaine frustration, à savoir attendre pour en faire un futur adulte autonome qui ne sera pas piégé ni par la dictature de la dépendance ni par celle de l’indépendance excessive lit de l’égocentrisme.

 

Ces deux positions ne peuvent contribuer à soutenir l’acte de civilisation qui se doit de promulguer le plus possible le respect de soi et des autres autour de règles de vie partagées. Il y a un temps pour protéger et un temps pour éduquer les deux étant intimement intriqués. Une éducation sans souffrance n’est pas possible. Tout le problème de nos jours est la capacité de certains parents de reconnaître qu’éduquer n’est aucunement un long fleuve tranquille. En tant que thérapeute notre travail est double l’un porté sur l’enfant à problème et l’autre se focalisant à « rééduquer » les parents. Sachons faire le plus correctement le plus beau et difficile métier du monde, celui d’être parents responsables. Freud avait bien dit qu’il y a au monde 3 métiers impossibles psychanalyser, gouverner et éduquer dans le sens qu’il n’y a pas de recettes prêtes à l’emploi.

 

 

Parfois il est difficile de faire la différence entre un enfant intellectuellement à QI élevé ou un enfant roi perçus comme très « éveillés » avec également un QI élevé. La différence se mesurerait sur le quotient d’intelligence émotionnelle malheureusement très peu quantifiable. Voici sous forme de tableau quelques traits cliniques permettant toutefois de faire de faire la distinction entre ces deux types d’enfants. C’est une situation assez fréquente qui prête énormément à confusion et qui nécessite des attitudes éducatives fort différentes

 

 

Enfant roi

Enfant précoce

 

 

 

Opposant aux explication

 

Ecoute

 

Indifférent à l’autre

 

Hypersensible

 

Refus de la nouveauté

 

Curieux

 

Paresse intellectuelle

 

Approfondissement

 

Egoïste

 

Altruiste

 

Roublard

 

Obéissant

 

 

 

 

 

De même, en ce qui concerne l’agitation, l’instabilité psychomotrice ou l’opposition de multiples diagnostics sont susceptibles d’en rendre compte. Citons à ce propos la fréquence parmi les enfants agités ou indisciplinés d’enfants sur stimulés, d’enfants hyperactifs avec déficit d’attention (THADA).

 

BIBLIOGRAPHIE:

François Dumesmil. Questions de parents responsables. Ed. de l’Homme, 2004. 

Didier Pleux . De l’enfant roi à l’enfant tyran. Ed. Odile Jacob, 2002. 

Ladislas KISS et Sophie Côte ; L’épanouissement de l’enfant doué. Ed. Albin Michel, 2009.

 

 

15- Enfant Roi, Enfant-Tyran, et précocité intellectuelle.