A la lecture du livre de David Servan-Schreiber intitulé "Guérir ", je ne peux que remettre en question mon savoir de psychiatre et m’étonner de mon ignorance crasse devant notamment cette évidence qui s’explique certainement par ma psychoridigité dont je connais maintenant l’origine alimentaire (p.147) : "Si nous consommons surtout des graisses saturées-celles qui, comme le beurre ou la graisse animale, sont solides à température ambiante-, leur rigidité se reflète par une rigidité des cellules du cerveau. Si, au contraire, nous mangeons surtout des graissespolyinsaturées-qui sont liquides à température ambiante-, les gaines des cellules du cerveau sont plus fluides, plus souples, et la communication entre elles se fait de façon plus stable."

 

Une autre grande nouveauté puisée au sein de cet ouvrage complet, "hyper référenc", est incontestablement l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing ) permettant l’autoguérison des grandes douleurs via " l’intégration neuro-émotionnelle par les mouvements oculaires". Toujours avide de nouvelles techniques "révolutionnaires" j’essayais de comprendre en quoi cela consistait. Je concluais après lecture attentive que David avait rebaptisé EMDR la très fameuse RFCB que j’utilise très fréquemment quand je suis en peine d’inspiration.

 

Mais qu’est-ce que la RFCB ? Je crois qu’il s’agit de la Redécouverte du Fil à Découper le Beurre. Plus sérieusement faire parler un post-traumatisé en lui demandant de suivre un objet ou un doigt auquel on applique un mouvement de balancier s’apparente manifestement aux techniques suggestives qui ont fait depuis longtemps leurs preuves d’efficacité relative dans le traitement des syndromes post traumatiques. Citant sur ce syndrome les conclusions de "1992" du Journal of the American Medical Association, David Servan-Schreiber nous affirme d’ailleurs "qu’il n’y avait pas de traitement véritablement efficace pour ce syndrome, seulement des interventions avec bienfaits limités". Nulle référence n’est faite à une quelconque étude EDMR versus hypnose, je n’arrive pas à comprendre pourquoi. J’ai bien peur en effet que la conceptualisation "scientifique" de L’EDMR ne soit qu’un nouvel emballage plus digeste pour préparer les patients à mieux se laisser "influencer" sans le côté "sulfureux" et vieillot que commence à revêtir l’hypnose.

 

Tout comme son père, David a su relever le "défi" de nous faire avaler un new age francisé qui somme toute reprend les bonnes vieilles recettes qu’il a bien résumées dans sa conclusion : manger équilibré, se réveiller en douceur et appliquer son cerveau à donner sens à sa vie.

 

 

 

Références:

 

KISS Ladislas. Des processus de changement. Ed.Karpathos, 2002.

KISS Ladislas. Arrêtons le massacre. Ed. Karpathos, 2003.

SERVAN-SCHREIBER David. Guérir, le stress, l’anxiété et la depression sans medicaments ni psychanalyse.Ed. Robert Laffont, 2003.

 

 

7- DSS nous parle-t-il de l’EMDR ou de la RFCB?